Adoramus Te, à l’école de Marie